Calenda Droit

  1. Nous invitons les chercheur(e)s à soumettre un article pour le prochain numéro de la e-revue GenObs qui portera sur les liens pouvant exister entre la résistance et la témoignage lorsque l'un et l'autre advienne dans des contextes où les droits humains sont bafoués (génocides, crimes contre l'humanité, crimes de masse).
  2. Depuis plusieurs décennies, les droits et l’autonomie des personnes faisant l’objet de soins et d’accompagnement ont été placés au centre des politiques publiques. Parallèlement, le recours à des mesures de « contrainte légale » ne cesse d’augmenter dans les domaines de la santé mentale, du handicap et de la dépendance. Ainsi, en France, les mesures de protection juridique sont passées de quelques milliers à près de 800 000 ces dernières années. De même, le recours aux mesures de soins sans consentement augmente régulièrement depuis les années 1990, avec une accélération de cette tendance depuis la mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011 (Coldefy et Fernandes 2017). Cette évolution n’est pas propre au contexte français, des tendances comparables existant dans de nombreux pays européens ou nord-américains notamment.
  3. La quatrième et dernière journée d’études de notre cycle « femmes déviantes, femmes criminelles » s’organise autour du thème « Justice et société face aux femmes hérétiques et blasphématrices ». Elle envisage l’étude des comportements mais aussi des répercussions sur l’environnement social et familial. Les périodes de tensions confessionnelles témoignent de climats particuliers mais permettent des questionnements nombreux et précis, tant du point de vue de l’autorité (judiciaire, politique...) que des déviantes.
  4. La Mission historique de la Banque de France propose chaque année des allocations de recherche en histoire qui s’adressent à des étudiants régulièrement inscrits en mastère 1 ou 2, en thèse ou en année post-doctorale et relevant des disciplines suivantes : histoire, sociologie, sciences politiques, sciences économiques, droit et gestion.
  5. Lancée par Sa Majesté le Roi au printemps 2005 et définie comme un chantier de règne, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) s’est fixée comme finalité ultime la réduction des déficits en matière de développement humain. Le défi était d’impulser un projet global de convergence des politiques publiques dans le but de développer une véritable ingénierie sociale en se basant sur l'innovation dans les types d'intervention selon les logiques d’efficacité et d’efficience.Ce colloque favorisera la rencontre des professionnels et des chercheurs de différentes disciplines et contribuera à fédérer leurs travaux autour de ces questionnements et à confronter leurs expériences et leurs analyses sur les acquis de l’INDH en relation avec l’Économie sociale et solidaire (ESS) au Maroc, les difficultés et les perspectives notamment dans les régions enclavées.