Calenda Droit

  1. Au menu : la présentation des travaux des étudiants du séminaire de « Théorie du droit : questions spéciales », consacré cette année aux représentations cinématographiques des ruptures des systèmes politico-juridiques (matinée) ; la présentation des TFE des étudiants inscrits au séminaire Droit et Art (après-midi) et un entretien autour du livre Frontière(s) au cinéma (Paris, Mare et Martin, 2019), co-dirigé par Estelle Espinoux, Magalie Flores-Lonjou et Vincent Lefebve (soirée). La journée sera entrecoupée de deux conférences magistrales et d’une démonstration du site « Droit et Art », destiné à valoriser la recherche menée dans ce domaine au sein de l’UR Cité.
  2. Cette année marque les dix ans de la promulgation de la Constitution politique de l’État (CPE) en Bolivie. Après d’âpres débats au sein d’un processus constituant (2006-2009) marqué par les divisions politiques profondes entre le MAS et l’opposition ainsi que les épisodes de violence, cette Constitution prétend réconcilier les divers groupes sociaux, ethniques et culturels de ce pays, en particulier avec la constitutionnalisation de la notion de plurinationalité. La Constitution bolivienne de 2009 présente un caractère « expérimental » propice à ouvrir un nouvel horizon constitutionnel en Amérique latine, tant le nombre de dispositions innovantes est élevé. Toutefois, la réalité semble s’éloigner progressivement des normes inscrites dans la CPE de 2009. Comment sont appliqués les principes novateurs en termes de plurinationalité et de décolonisation. Sur quelles thématiques le consensus se dégage ou au contraire où les désaccords sont-ils saillants ?
  3. Avec environ 70 000 personnes détenues pour 59 500 places, la France connaît un phénomène de surpopulation carcérale qui se traduit par des difficultés de gestion dans tous les domaines (matelas au sol, délais d’attente rallongés pour l’accès aux soins, au travail, aux activités). Les tentatives pour y remédier sont multiples : construction de nouveaux établissements pénitentiaires, développement des aménagements de peines, renforcement des peines de milieu ouvert ou encore recours limité à l’incarcération provisoire. La loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice propose des modifications législatives portant notamment sur l’exécution et l’application des peines. Ce colloque interrogera l’efficacité et l’efficience des leviers proposés par la loi ainsi que les évolutions des pratiques de l’administration pénitentiaire. Quels nouveaux outils offre cette loi pour que l'exécution de la peine gagne en efficacité ?
  4. La DREES et la DARES lancent un appel à projets de recherche portant sur la santé mentale et les conditions de travail des personnes occupant un emploi, le chômage et la précarité professionnelle. Il a pour but d’encourager et de financer la réalisation de travaux scientifiques en sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux conséquences sur la santé mentale des transformations des conditions et de l’organisation du travail, des nouveaux modes de management, des nouvelles formes d’emploi, des emplois précaires et du chômage. Les dispositifs pour prévenir, rétablir ou réparer les atteintes à la santé mentale des actifs sont également au cœur de cet appel.
  5. Ce numéro thématique des Carnets de géographes vise à rassembler des contributions émanant de disciplines diverses et s’intéressant aux dimensions spatiales du maintien de l’ordre dans différents contextes politiques, sociaux, juridiques, géographiques et historiques.