Calenda Histoire

  1. Le colloque propose de revenir sur la période clé du début du XXe siècle où la diplomatie se professionnalise et s’adapte aux mutations profondes de la vie internationale. Deux diplomates de même génération, sorti du rang (Hanotaux) ou issu du concours tout récemment institué aux Affaires étrangères (Jusserand), sont représentatifs de cette époque. Liés, notamment, par l’intérêt qu’ils ont porté aux relations franco-américaines, ils ont contribué à définir les grands axes de la politique extérieure mais ont aussi laissé une œuvre inscrite dans la vie intellectuelle de leur temps.
  2. Alors que se tient au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg la première grande rétrospective française de l’œuvre de Käthe Kollwitz (1867-1945) et qu'a été publiée dans le même temps une édition complète de la traduction du Journal (1908-1944) et de différents écrits de Käthe Kollwitz, l’HiCSA et l’IDHES organisent un premier colloque français consacré à l’artiste, là où l’historiographie se développe surtout en Allemagne et aux États-Unis. Il s’agira alors de proposer une lecture croisée de l’œuvre de Kollwitz, en invitant non seulement historiens de l’estampe et historiens de l’art mais aussi historiens de la photographie, historiens culturalistes ou chercheurs en études germaniques. Pourront alors être interrogés à la fois l’importance des pratiques, des techniques et des supports pour la graveuse et sculpteure, les rapports de Kollwitz – très engagée après la première guerre mondiale – avec l’histoire ou l’Europe ou encore les relations qu’elle entretient avec la littérature.
  3. Cette journée d’étude s’adresse aux masterant·es et doctorant·es (voire étudiant·es en licences) s’inscrivant dans le champ des sciences sociales du sport. L’objectif est de créer un espace d’échange entre étudiant·es et jeunes chercheureuses travaillant sur les activités physiques et sportives avec une perspective en études de genre et sexualités. Les personnes n’ayant jamais pris part à une journée d’étude/colloque sont fortement encouragées à soumettre une communication. En effet, il est possible de réaliser une communication sur la base d’une revue de littérature, d’hypothèses de recherches, de méthodologie d’enquête ou de présentation de premiers résultats.
  4. La femme au Moyen Âge : en lui-même le sujet est immense, omniprésent pour les médiévistes de toute catégorie, qu’ils soient philosophes, théologiens, historiens, littéraires, historiens du droit ou de l’art. Pourtant, les difficultés ne manquent pas pour qui veut étudier la moitié de l’humanité durant la moitié de l’ère chrétienne. D’abord, les sources sont presque toutes rédigées par des hommes, en majorité des clercs que leur état de vie sépare des femmes. Ensuite, la femme au Moyen Âge, ce sont en réalité des femmes plurielles et diverses, par leur âge, leur position sociale et l’époque où elles ont vécu. Cette femme au Moyen Âge que nous étudions, ce sont donc plutôt les femmes à travers les Moyen Âges.
  5. The historiography of modern and contemporary Sudan has been shaped by its political history. Indeed, historians have often been called upon to respond to contemporary crises – civil wars, regime changes, international conflicts – often according to criteria of urgency, at the risk of falling into a certain presentism. In this context, social history, which often requires a slower and punctilious form of research, which does not produce ready-made solutions to the multiple crises in the country, and which put at the centre stage the lives of “ordinary people” has struggled to assert itself on the academic scene. This conference, which is also a research program, aims to put “ordinary people”, women and men, back at the center of Sudan's modern and contemporary history. From the outset, we wish to emphasize that the term “ordinary people” should neither hide nor flatten the teeming complexity of Sudanese society.