Calenda Histoire

  1. Ce colloque a pour but d’analyser dans les sources les usages du terme de race, dans le contexte français depuis le XVIIe siècle, qui marque le début de la colonisation esclavagiste menée par des élites marchandes avec le soutien de la monarchie. Il s’agira dans un premier temps de voir comment les termes de race, mais aussi de sang, auquel le premier est initialement étroitement lié, sont utilisés, avant même le début de la colonisation. Depuis quand et comment les sources utilisent-elles des expressions telles que « noblesse de sang », « noblesse de race », « race des Carolingiens »… Quels sont les usages de ces termes dans le discours religieux, nobiliaire, zootechnique ? Quelles sont les grammaires de l’usage du mot race avant même que l’esclavage ne se développe dans les colonies françaises ?
  2. Le peuple a-t-il toujours raison ? Les choix des peuples sont-ils forcément les meilleurs ? C’est à partir de ces deux questions qu’a germé l’idée d’organiser une rencontre scientifique autour de la décennie 2010-2020, car la société est en droit de comprendre la dynamique et les enjeux qui ont prévalu durant cette décade. Au crépuscule de cette décennie, un bilan académique s'impose pour comprendre ce qui s'est passé depuis 2011. Consciente de sa vocation nationale de lieu de réflexion, l'Université de Tunis se propose d'engager une réflexion sur le processus transitionnel complexe que vit la Tunisie depuis 2010. Ce congrès sera l'occasion d'aborder entre autres les thèmes suivants : 2010, le paroxysme de la crise : « un terreau révolutionnaire » l'apprentissage de la liberté depuis 2011 ; les régions défavorisées avant et depuis 2011 ; la dynamique sociale : classe et catégorie impliquées/structure démographique ; les discours politiques et idéologiques ; crise du système de valeurs ; sécurité insécurité terrorisme ; les urnes un outil électoral neutre ; la corruption.
  3. Cette 9e conférence propose d’interroger la construction de la normalité et, plus globalement, le système de pensée qui structure nos sociétés, selon lequel être « valide » serait la norme, au double sens de la situation la plus répandue et la plus souhaitable. Cette perspective critique entend ainsi mettre en évidence la manière dont nos sociétés sont structurellement construites en référence à cette figure de l’individu valide. Si l’injonction récente à construire des sociétés inclusives semble signaler un tournant radical, qu’en est-il concrètement ? En a-t-on réellement fini avec les représentations tendanciellement négatives, défectives, voire tragiques, du handicap ? Cet appel à communications s’adresse à tous ceux et celles qui sont engagé·e·s dans les recherches en sciences humaines et sociales sur le handicap et la perte d’autonomie.
  4. La connaissance scientifique des dégradations environnementales a crû de façon exceptionnelle ces dernières décennies. La prise de conscience des enjeux écologiques ne date pas d’aujourd’hui mais prend désormais une acuité particulière. Diminuer la pression sur les systèmes naturels, limiter le réchauffement climatique et y faire face, tout en contenant les inégalités, constituent des défis majeurs posés à nos sociétés, nos économies et nos politiques. Ces questions interpellent les sciences sociales dans leur capacité à comprendre le fonctionnement des économies et des sociétés et à proposer des solutions, des institutions et des régulations, pour répondre aux problèmes soulevés par les sciences dures en matière environnementale. Pour participer à cette réflexion, la revue Travail et Emploi présente un appel à contributions pluridisciplinaire en vue de constituer un dossier thématique sur les liens entre emploi, travail et environnement.
  5. Pour la quatrième année consécutive, l’Association des doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses rencontres doctorales pluridisciplinaires. Cette année les journées d’études porteront sur le thème de la preuve à la Renaissance.