L'AFHJ publie annuellement la revue Histoire de la Justice, disponible auprès de la Documentation française et de Cairn.

Le projet scientifique historique et littéraire de la revue est précisé dans les Recommandations aux auteurs.

L'AFHJ a également publié des livres et ouvrages, et appuiela publication d'autres revues et ouvrages en matière d'histoire de la justice.

Avec son projet "Archives Orales", l'AFHJ a lancé en 2012 une série de vidéos réalisées avec de grands témoins de la magistrature.

 

  

« Le peuple en justice »

Sous la direction de Jean-Pierre Allinne, Claude Gauvard et Jean-Paul Jean
N° 24 de la revue
« Histoire de la justice », parue à la Documentation française dans la Collection « Histoire de la justice »,également disponible @ Cairn.info.


La place du peuple en justice a profondément évolué tout au long des siècles. La fonction de juge s’est professionnalisée, même si des citoyens-juges élus exercent dans les tribunaux de commerce, les conseils de prud’hommes, ou sont tirés au sort comme jurés de cours d’assises. D’autres participent activement au procès en tant que témoins ou experts.

Mais la part que doit prendre le citoyen dans le système judiciaire français, comme juge et même comme témoin, continue de faire débat. Derrière la question de l’élection des juges, toujours présente depuis la période révolutionnaire, c’est celle de leur légitimité qui est posée. Pour mieux comprendre les enjeux, il fallait revenir au long terme de l’Histoire. D’abord sous la forme de la relation fondatrice que le peupleentretient avec la justice. Depuis l’Antiquité, « l’appel au peuple » des Romains garantissait l’effectivité de la justice. Au Moyen Âge comme sous l’Ancien régime, c’est encore sous le regard du peuple que se prononcent et s’exécutent les condamnations. Mais la puissance des juges, qui affirment prendre leur décision « en ayant Dieu devant les yeux », s’impose jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.
La Révolution française, en réaction contre une justice royale honnie, a voulu replacer le peuple au cœur de la procédure. La justice populaire et l’élection des juges se sont imposées comme des évidences de la légitimité démocratique. Si ensuite la justice napoléonienne a marqué le retour en force de la professionnalisation d’une magistrature nommée par le pouvoir, le jury populaire est resté le symbole de cette justice démocratique. La participation des citoyens à la fonction de juger a fait l’objet de réformes ponctuelles et reste une question récurrente.
Aujourd’hui, les juges rendent leurs jugements « Au nom du peuple français ». Cet ouvrage permet de comprendre non seulement comment ils doivent en rendre compte aux citoyens, mais aussi comment ces derniers pourraient mieux participer à l’œuvre de justice.

Avec les contributions de Jean-Pierre Allinne, Alain Bancaud, Michel Bénichou, Didier Boccon-Gibod, Olivier Caporossi, Jean Cédras, Emmanuel Charrier, Jérôme Ferrand, Claude Gauvard, Sylvie Humbert, Jean-Paul Jean, Didier Lett, Martial Mathieu, Michel Porret, Nathalie Przygodzki-Lionet, Jean-Pierre Royer, Denis Salas, Xavier Salvat, Christian Thibon. Avant-propos : André Vallini. Postface : Pierre Truche.

Complété d'un dossier  sur l'expertise de justice, en coll. avec les Archives nationales et l'exposition "le pouvoir en actes".

VDP-BC24.