L'AFHJ tient chaque année es Journées régionales, qui se déroulent dans une Cour française. Ces "journées" rassemblent chercheurs, praticiens de la justice et public, autour de thématiques de l'histoire de la justice. Les actes de ces Journées constituent l'un des éléments de publication de la revue Histoire de la Justice.

L'AFHJ conduit également à la Cour de cassation, depuis 2008, un cycle de conférences sur l'histoire de la justice. Ces conférences, mensuelles, sont d'accès libre après inscription auprès de l'association ou de la Cour.

L'Association organise également d'autres conférences ainsi que des visites de lieux de mémoire (juridictions, parlements,...), et prime par ailleurs, les ouvrages de référence parus en matière d'histoire de la justice, avec le prix Malesherbes.

Enfin, l'Association est partenaires de nombreux colloques, évènements et conférences, préparés avec des partenaires universitaires, professionnels ou grand public.


 

 

 

Le Prix Malesherbes créé par l’Association française pour l’histoire de la Justice a pour but de récompenser une œuvre marquante dans le domaine de l’histoire de la justice.

Cette année, le jury présidé par Monsieur Robert Badinter l’a décerné à Madame Marie Dejoux, maitre de conférences en Histoire médiévale à l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, agrégée d’histoire, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure d’Ulm et ancienne pensionnaire de la Fondation Thiers (113ème promotion).

L’ouvrage couronné a pour titre Les enquêtes de Saint-Louis. Gouverner et sauver son âme. Il a été publié en 2014 aux Presses universitaires de France, dans la collection « Le Nœud Gordien », dirigée par Lucien Bély, Claude Gauvard et Jean-François Sirinelli.

 

L’ouvrage (texte de l’éditeur) :

 

Les enquêtes menées par Louis IX entre 1247 et 1270 sur son administration furent très tôt considérées comme un monument de l’histoire de France, sans que les dix mille doléances conservées aient été étudiées. Cet ouvrage en livre la première histoire intégrale. En privilégiant les sources quotidiennes du gouvernement, il donne une lecture critique du règne de Saint Louis, trop souvent décrit grâce aux récits destinés à le faire canoniser. Il donne à voir le roi, et non le Saint. Envoyés pour la première fois dans le royaume tout entier, les enquêteurs devaient recenser les exactions commises par le roi et ses officiers ; ils établissaient la véracité des griefs, puis réparaient financièrement les dommages attestés. À la veille d’un départ à la croisade long et peut-être définitif, les enquêtes attestent une volonté de pacifier le royaume et de racheter l’âme du roi. Elles sont aussi une entreprise de communication politique inédite : les enquêteurs diffusèrent l’idée que le roi était juste et bon et le firent connaître et reconnaître. À l’heure de la démocratie participative, les enquêtes de Louis IX montrent que pour se construire, l’État français usa tour à tour de contrainte et de consentement, et qu’il fut conçu, dès l’origine, comme un État de droit.

Tables des matières

 

Chapitre 1. Monument ou épave ? La source

I/ L’érection d’un « monument historiographique »

II/ L’ « épave » archivistique

 

Chapitre 2. La procédure d’enquête, ses objets, et son évolution

I/ Louis IX et l’enquête

II/ La procédure d’enquête dans les enquêtes de réparation

III/ Les objets de l’enquête et leur évolution

 

Chapitre 3. Les enquêteurs et le personnel de l’enquête

I/ L’écrasante prépondérance des ecclésiastiques

II/ Des enquêtes et des hommes : la « prosopographie » du personnel d’enquête

III/ La composition des commissions d’enquête et leur évolution

 

Chapitre 4. Les territoires de l’enquête

I/ « Per totum regnum suum » : l’échelle inédite des enquêtes de réparation

II/ Cadres théoriques et cadres pratiques de la tournée d’enquête : la spatialisation de l’enquête

 

Chapitre 5. Au banc des accusés : le roi, les officiers et les juifs

I/ Le roi, les baillis, les officiers subalternes : l’administration du roi accusée

II/ Les enquêtes de réparation : une entreprise de correctio des officiers ?

III/ Les juifs du roi

 

Chapitre 6. Les déposants, « pauvres diables » ou notables ?

I/ Diversifier les déposants : les grandes distinctions permises par les sources

II/ La voix des pauvres dans les enquêtes de Louis IX

 

Chapitre 7. Les relations gouvernants-gouvernés

I/ Les exactions dénoncées par les déposants : le bon gouvernement vu d’en bas

II/ La réponse des officiers : défense des intérêts du roi et application de la législation royale

III/ La réponse du pouvoir royal : les sentences des enquêteurs

 

Chapitre 8. Louis IX et l’enquête de réparation : économie du salut et genèse de l’État moderne

I/ Les restitutions, le roi et l’économie du salut

II/ De la réparation à la réformation du royaume